L’ACUPUNCTURE ET LA PÉRINATALITÉ, par Chantelle Vignola-Clermont, Ac.

* Article rédigé pour PasSages, journal des étudiantEs sages-femmes du Québec, Vol. 1, mars 2015

De plus en plus de sages-femmes ont accès à des formations en acupuncture obstétricale : en Nouvelle-Zélande, en Europe, dans les pays scandinaves ainsi qu’au Canada, en Colombie-Britannique. Ces sages-femmes constatent qu’en intégrant l’acupuncture à leur pratique, elles évitent plus souvent le recours à d’autres types d’interventions ou à la médication (incluant les inductions). Plusieurs pratiques ont été transformées depuis, comme en témoignent les auteures, acupuncteures et sages-femmes Zita West et Raven Lang. L’acupuncture peut faire toute la différence et permettre aux femmes de vivre une grossesse et un accouchement plus physiologiques, donc une expérience très souvent positive. Les femmes enceintes apprécient généralement l’approche acupuncturale, qui est d’abord préventive et qui prépare le corps, soulage les inconforts et calme le système nerveux durant cette période de constantes adaptations, et ce, sans aucun effet secondaire.

Les acupuncteurs du Québec peuvent suivre une formation exceptionnelle en acupuncture obstétricale, donnée…

Voir l’article original 901 mots de plus

Publicités

Acupuncteur, un métier d’avenir ?

medecine-chinoiseSuite à mon article sur les médecines douces,  je voulais revenir sur un métier en particulier de ce domaine. Depuis l’insertion en mars 2013 de l’acupuncture, la médecine manuelle (ostéopathie et chiropraxie), l’hypnose et le tai-chi dans les structures hospitalières, de nombreux emplois sont crées dans la branche des médecines parallèles, par exemple, le groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière a même créé un centre intégré de médecine chinoise avec des activités de soins, d’enseignement et de recherche. Cependant la technique chinoise la plus implantée dans les hôpitaux français est l’acupuncture, elle souvent proposée pour apporter un bénéfice aux patients souffrant de lombalgie ou cervicalgie chronique, de migraine ou céphalée de tension, d’arthrose des membres inférieurs, d’épicondylite, aux femmes enceintes éprouvant des douleurs des lombes ou du bassin et lors des douleurs de l’accouchement, et pour prévenir les nausées et vomissements induits par la chimiothérapie anticancéreuse.

L’acupuncture, est une science médicinale qui remonte à la nuit des temps, et est traditionnelle de la culture chinoise. Cette activité consiste à planter des aiguilles sous la peau, à des endroits stratégiques (les points d’acupuncture et les méridiens) qui correspondent à certains organes, dans le but de soulager le patient. Les aiguilles peuvent être accompagnées de chaleur (moxibustion), de massages sur les points d’accupuncture ou de stimulations électriques en branchant des petites pinces sur les aiguilles.

Pour pratiquer l’acupuncture, un cursus en médecine et la validation d’un doctorat d’État est indispensable, car il faut être capable d’associer toutes les techniques diagnostiques que seul un cursus en médecine permet. Par ailleurs, une fois le diplôme validé, pour être médecin acupuncteur il faut suivre des cours pratiques/théoriques à l’université, il existe un diplôme inter-universitaire (DIU) d’acupuncture générale qui dure trois ans et qui délivre le droit d’exercer l’acupuncture dans les domaines de la rhumatologie, neurologie, gériatrie, gynécologie-obstétrique, psychiatrie (dimension émotionnelle de la douleur), cancérologie et ORL. Ce diplôme est proposé dans quelques villes en France telles que Aix-Marseille 2, Montpellier, Nantes, Paris,Bordeaux , Lyon , Strasbourg par exemple.                                        Les sages-femmes souhaitant pratiquer cette médecine traditionnelle ont la possibilité d’effectuer aussi une formation similaire, qui dure 2 ans, délivrant un DIU en acupuncture obstétricale dans les villes de Paris, Strasbourg, Montpellier et Rouen. Par ailleurs, il sera possible bientôt pour les infirmières d’accéder à cette formation pour la pratiquer en gériatrie.
En France, seuls les médecins et les sages-femmes sont autorisés à pratiquer ce métier. Les acupuncteurs non médecins ne sont pas reconnus et ne sont pas autorisés à exercer cette médecine chinoise.

Pour en savoir plus sur l’acupuncture consultez cette vidéo.

blog sur l'utilisation de l'effet placebo à des fins thérapeutiques